Simplification et méditation (extraits 2)

Ce nouvel article est dans la continuité du précédent avec une sélection d’extraits issus de « Taoist Meditation« . Cette fois, j’ai sélectionné des morceaux qui traitent de la simplification de nos choix.

La sélection que j’ai effectué provient du traité intitulé « Treatise on Sitting Forgetting ». Ce texte a été rédigé par Sima Chengzhen (7ème siècle après J.-C.) au cours de la dynastie Tang. Ce texte taoïste semble avoir été écrit de façon à attirer l’attention des Confucéens et des Bouddhistes de l’époque sur les méthodes méditatives du Taoïsme. Il présente de manière synthétique des techniques pour méditer correctement selon le dogme taoïste.

Pour être imprégné du Tao, ce vide spirituel qui permet de renouer avec notre vraie nature et de clarifier l’esprit des impuretés (selon la théologie taoïste), Sima Chengzhen présente 3 préceptes :

  • 1. Simplifier notre vie
  • 2. Ne pas désirer quoi que ce soit
  • 3. Préserver la paix mentale

Voici quelques éléments proposés par ce maître taoïste pour simplifier nos vies :

« Rien n’est plus important que de discerner ce qui essentiel et ce qui ne l’est pas, étudier si quelque chose est futile ou sérieux pour finalement distinguer ce qui doit être éliminé et ce qui doit être gardé. Tout ce qui n’est pas essentiel, ni sérieux doit être abandonné. »

« Tout ce qui est en excès pour la vie et excède les besoins vitaux doit être supprimé. Les biens possèdent intrinsèquement un pouvoir nuisible, qui blesse les gens lorsque les possessions s’accumulent. Même en ayant peu de possessions, nous nous en inquiétons, à plus forte raison lorsque nous en avons beaucoup ! »

« Si nous n’effectuons pas de sélection, tout ce qui vient à nous, et rentre en contact avec nous devient une charge pour l’esprit et ternit l’intelligence ; ainsi, la pratique de la Voie devient défectueuse. »

« Une fois la distance prise vis à vis des affaires du monde, l’esprit se vide. Puis, asseyez-vous, tenez-vous droit et veillez fermement sur votre for-intérieur. Aussitôt que vous remarquez la naissance d’une pensée, éteignez la immédiatement ; en arrêtant les pensées de la sorte, vous garderez votre esprit silencieux et en paix. » *

Taoist Meditation, Chapitre : Treatise on Sitting Forgetting, p. 87, 88 et 101. Traduction par mes soins.

* : Je tiens à préciser que d’autres méthodes de régulation des pensées existent dans le taoïsme. Selon moi, celle citée ci-dessus est un peu brutale comparée à d’autres. Une autre, par exemple, préconise de se placer en spectateur des pensées. Ainsi, on voit naître la pensée, on la regarde, sans s’immerger dedans, puis on la laisse s’éteindre. Étape par étape, notre conscience des pensées s’affûte, puis, les pensées diminuent naturellement. Chacun trouvera la méthode qui lui semble la plus efficace et naturelle. Je pense que la méditation reste une expérience avant tout personnelle, la théorie n’est qu’un bonus et un support à la pratique.

L’apprenti Confucéen

https://lecoledeconfucius.com

 

 

Publicités

Un commentaire sur “Simplification et méditation (extraits 2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s